Project

17/ WASABI + Bloody Alchemy

« L’œil de Miro » – La K’bane à Boukan – Samedi 22 avril 2017 – Concerts W.A.S.A.B.I. + Bloody Alchemy (1ère partie)
Programmation rock and rocket à la K’bane ce soir. D’abord (c’est dans une MJC…) il y eut l’Atelier Groupe qui a fait une démonstration de la difficulté de jouer tous ensemble et, pour une équipe qui joue deux heures tous les quinze jours, ils s’en sont sortis avec les honneurs dans quatre morceaux correspondant à un rock « classique » plongeant dans les années soixante.
Blood Alchemy (vont-ils avoir un procès avec un tel nom ?), un jeune groupe de Death Metal, a tout à coup prouvé qu’ajouter douze décibels à ceux de leurs prédécesseurs multipliait bien par huit la sensation de volume sonore, d’autant que – pour ceux qui ne connaissent pas le DM, il faut leur expliquer qu’il s’agit de riffs rapides enroulés dans une ligne « mélodique » saccadée, des voix au bord de la rupture et des breaks savamment distribués jusqu’à un final paroxystique – la voix du leader s’y est ajoutée – une voix que les alchimistes ne parviennent pas à imiter sauf, probablement avec du sang de dragon – donnant la sensation d’être dans un train fantôme lui-même catapulté dans un Space Montain qui circulerait en même temps dans un Grand Huit en feu. Evidemment, il faut aimer le DM mais côté « mise en place », rien à dire : efficacité optimale, on sort de chaque morceau lessivé et curieusement heureux dans cette transe occidentale blanche à la violence factice mais libératoire.
Une fois scalpé par les premiers – ce qui rend un peu hagard – se sont présenté ensuite les membres de W.A.S.A.B.I. (vont-ils avoir un procès avec un tel nom ?), plus rock fusion, et paraissant un peu plus calmes. Doux euphémisme. Des intros électro-rock puis, effectivement, une fusion mais dans une rythmique infernale où une voix féminine donne non pas une douceur, non les amis !, mais une dimension plus mélodieuse à la rage contrôlée de ses autres comparses. Chaque titre amène sa dose d’adrénaline et les connaisseurs s’en donnent à cœur joie dans les ruptures, les changements de rythme et les conclusions toujours très contrôlées et nettes comme un coup de rasoir. Le genre amène une obligation de haute technicité et le groupe a une cohésion qui pourrait vraiment aller loin. Il « suffirait » d’un titre très marquant (un hit) pour les propulser dans la grande lumière de leur catégorie. Certains choisissent le Feng-shui pour se débarrasser des toxines de la vie moderne, d’autres évaporent toutes leurs bactéries dans le rock. Deux méthodes totalement compatibles mais, évidemment, pas au même moment… 
Encore une fois, la K’bane fait preuve d’ouverture en invitant de tels groupes auxquels cela permet de se frotter et qui ont parfaitement leur raison d’être car leur énergie est a minima déstabilisante et au mieux communicative. Vive le spectacle vivant !
mp

Leave a Reply

La K’bane à Boukan
MJC La Celle Saint-Cloud

Restons en contact

Nous écrire

Envoyer un message

Faites nous parvenir vos remarques, commentaires et suggestions, ou tout simplement restez en contact, nous nous ferons un plaisir de vous répondre.
A bientôt

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message